Bûche

Ah, la bûche…Chaque famille a son habitude: certains changent chaque années, certains passent les 364 jours hors Noël à faire des tests pour trouver THE bûche parfaite, certains improvisent un roulé le 24 à 18h30, certains l’achètent toute prête…Et certains ont exactement la même recette depuis des années! C’est notre cas, la recette vient de ma grand-mère 😉 c’était ma tante qui la faisait depuis des années. L’année dernière elle avait demandé un coup de main de ma cousine et de moi pour transmettre la recette…Cette année elle nous a laissé en free-style et on a eu trois bonnes heures pour joyeusement repeindre la cuisine au chocolat réaliser une bûche qui laissera une marque dans l’histoire!

On double toujours les quantités pour faire deux bûches que l’on colle l’une à l’autre et faire ainsi un loooong roulé…On ne mange jamais tout mais c’est pour que chaque partie de la famille en remporte un morceau. J’indique les quantités pour une seule bûche: si vous décidez de doubler, faites deux pâte à biscuit et deux crèmes au beurre surtout! Si vous faites tout en un seul saladier, c’est bien plus compliqué à séparer etc.

C’est si simple, si gras et sucré, si bon…

Le biscuit roulé:

– 75 gr de poudre d’amande

– 100 gr de sure

– 4 (gros!) oeufs

– 125 gr de farine

– Un peu de lait au cas où

Préchauffer le four à 150°. Séparer les blanc des jaunes. Battre rapidement les jaunes, puis ajouter le sucre et fouetter vivement. Mettre le mélange sur un bain marie et battre jusqu’à ce que le mélange blanchisse bien.

Ajouter la farine et la poudre d’amande. La pâte est très dure, pas de panique tout est normal 😉 si vraiment elle est trop solide, ajouter un peu de lait, juste assez pour bien agglomérer la pâte. Battre les blancs en neige. En verser un tiers dans la pâte à biscuit, bien mélanger pour détendre le mélange, et incorporer délicatement le reste des blancs

Chemiser de papier sulfurisé une plaque à patisserie, et verser la pâte. La lisser pour bien couvrir la plaque et enfourner pour huit à quinze minutes (ça dépend beaucoup du four, surveiller, il doit être bien doré mais surtout pas brûlé sur les bord

Pendant ce temps, couvrir un plateau avec un torchon propre. L’humidifier abondamment.

Dès que le biscuit est cuit, le sortir immédiatement du four, le renverser sur le torchon humide, décoller la plaque, le papier sulfurisé, et rouler tout de suite le biscuit, le plus serré possible. Il faut aller vite pour que surtout le biscuit ne refroidisse pas à plat! C’est le fait de le faire refroidir rouler qui permettra ensuite de le dérouler et de le garnir correctement sans qu’il ne se casse

Laisser refroidir le roulé…Roulé et passer à la crème au beurre

– 250 gr de sucre

– 375 gr de beurre (ne hurlez pas, il faut aussi garnir l’extérieur!

– 125 gr de chocolat

– 3 jaunes d’oeufs

– 100 gr d’amandes (on en avait des entières, cueillies l’été dernier sur un amandier sauvage…Elles étaient tellement sèches qu’on a un peu galéré pour les casser (vive le marteau!) mais le résultat valait le coup!)

La crème au beurre de la bûche est une « vraie » crème au beurre, avec du sucre cuit. Elle est bien plus facile avec un thermomètre de cuisson, mais on se débrouille toujours sans 😉

Mettre le sucre dans la plus petite casserole possible. Mouiller d’eau (quelques centilitres, juste pour que le sucre soit mouillé. Si vous en mettez trop, pas de panique, le sirop sera juste plus long à faire.

Pendant que le sucre monte en température, brancher le batteur éléctrique et battre légèrement les jaunes (CONSERVER LES BLANCS)

Avec un thermomètre, faire monter le sucre à 115/120 degrés. Sans, faire cuire jusqu’à ce qu’en plongeant le bout d’une fourchette dans le sirop, et en la retirant, il se forme de petits fils.

Enclencher immédiatement le batteur et verser le sirop sur les bords du saladier tout en battant les jaunes. Continuer à battre jusqu’à ce que le mélange tiédisse

Incorporer le beurre pommade, puis le chocolat fondu. Faire torréfier les amande dans une poêle à sec, et les incorporer à la crème au beurre. Filmer et laisser une heure au frigo (ou 30 minutes au congélateur pour les pressés)

La meringue:

– 3 blancs d’oeufs (qui restent de la crème au beurre)

– 100 gr de sucre en poudre

– 90 gr de sucre glace

– 75 gr de chocolat haché en pépites

– 1 c.c de cannelle en poudre

Préchauffer le four à 150°

Mélanger le chocolat haché, la cannelle et le sucre glace

Monter les blancs en neige. Lorsque ils commencent à bien monter, incorporer, tout en battant, et en plusieurs fois, le sucre en poudre. Quand la meringue est bien brillante et ferme, verser le mélange sucre glace chocolat cannelle et mélanger délicatement

Sur du papier sulfurisé, étaler la meringue sur un à trois centimètres d’épaisseur. Faire cuire une trentaine de minutes, à surveiller selon l’épaisseur! La faire cuire à cette température donnera une meringue rosée et très tendre à coeur.

MONTAGE

Dérouler délicatement le biscuit refroidi. Etaler à l’intérieur la moitié de la crème au beurre et ré-enrouler le biscuit. Couper les deux extrémités pour avoir une coupe nette et poser les deux petites tranches sur le dessus de la bûche. Verser le reste de la crème au beurre sur la buche et l’étaler pour avoir une couche homogène. La strier à la fourchette

Sortir la meringue du four et la coupe aux dimensions de la bûche. En vous aidant d‘un esclave et de beaucoup de chance d’une grande spatule ou de plusieurs, déposer la meringue sur le dessus de la bûche. Elle va se fendiller c’est normal. La placer avec les mains et bien la coller à la crème

Décorer de billes, de zébrures de chocolat, de caramel

Publicités

7 commentaires

  1. N’oublies pas que tu as cassé 2 spatules, a cramé le chocolat, a repeint ma cuisine avec la crème au beurre à la suite d’une explosion dans la casserole pendant que j’avais le dos tourné à casser les amandes avec mon marteau sur la terrasse dans le froid (esclavage) … et puis bon je t’avoue que j’ai pas trop géré pour la pâte qui m’a solidement collée au doigts à tel point que je n’arrivais pas à tout lécher ! On a modifié la recette avec du lait mais le grand-père a dit qu’elle était meilleure que les autres années ! Donc dire que la créativité de ma cousine qui a rendu Noël encore plus délicieux que jamais grâce à une cuisinière hors-pair et en plus de ça littéraire ! Moi je crois que t’as du talent ! Gros bisous normands 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s